nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Montréal se souvient de Polytechnique 28 ans plus tard

Montréal se souvient de Polytechnique 28 ans plus tard
Photo PC

Quatorze faisceaux de lumière ont été braqués vers le ciel, mercredi soir, à Montréal.

MONTRÉAL - Le ciel de Montréal s'est éclairé de 14 faisceaux lumineux projetés du mont Royal vers le ciel, mercredi soir, 28 ans après la tuerie de l'École Polytechnique.

Dans une ambiance sobre et sans artifice, des survivants de la tuerie, des membres des familles des victimes et plusieurs autres personnes ont regardé les flocons de neige danser dans la lumière durant quelques minutes avant de se disperser du belvédère surplombant la métropole.

Les trois ordres de gouvernement étaient représentés par des femmes, en l'occurrence l'épouse du premier ministre Justin Trudeau, Sophie Grégoire, la vice-première ministre du Québec, Dominique Anglade et la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Dominique Anglade, qui était âgée de 16 ans à l'époque du drame, se trouvait alors en Haïti. C'est à ce moment qu'elle a décidé qu'elle irait elle-même à l'École polytechnique et lorsqu'on lui demande pourquoi, elle s'en étonne elle-même.

«Il faut poser la question à la fille que j'étais à l'âge de 16 ans. Je ne le sais pas. Je pense que c'est pour montrer qu'on se tient toujours debout... peut-être que ç'a eu une influence», a-t-elle répondu.

Son souvenir de l'endroit, qu'elle a fréquenté trois ans plus tard, reste marqué par l'événement.

«On ne peut pas passer à travers Polytechnique et ne pas être imprégné de ce qui s'est passé parce que l'école en est imprégnée, parce que les gens qui avaient vécu le drame étaient encore présents quand j'étais étudiante», s'est-elle rappelée après la cérémonie.

#moiaussi

La vice-première ministre estime qu'il était particulièrement important de souligner l'événement cette année «avec tout ce qui s'est passé avec les dénonciations par rapport au harcèlement sexuel, aux abus sexuels».

Valérie Plante abondait dans le même sens.

«Ce qui s'est passé à la Polytechnique c'est le pire, c'est une tragédie, mais on voit aussi tout le mouvement #moiaussi ou #metoo, toutes ces dénonciations publiques où des femmes parlent de la violence soit psychologique ou sexuelle qu'elles reçoivent encore une fois parce qu'elles sont des femmes», a expliqué Mme Plante.

La mairesse estime à cet égard qu'il est toujours aussi important «de se rappeler de cette tragédie qui a pris la vie de 14 jeunes femmes qui ont été tuées parce qu'elles étaient des femmes».

Armes: un triste recul

Une des survivantes de ce drame, Heidi Rathjen, poursuit sa lutte pour le contrôle des armes à feu avec l'organisme «Poly se souvient», dont elle est la cofondatrice.

Présente à la cérémonie, elle n'a pu s'empêcher de déplorer ce qu'elle qualifie d'oeuvre de démolition du gouvernement Harper.

«Malheureusement, 28 ans plus tard, on doit encore se battre pour un meilleur contrôle des armes à feu», a-t-elle soupiré.

«Pendant 12 ans, on avait une bonne loi, adoptée 6 ans après la tragédie, en décembre '95, mais à cause des conservateurs, on a perdu la grande majorité de nos gains.»

La militante n'a aucune intention d'abandonner le combat pour autant, signalant que les familles des victimes retourneront à Ottawa pour continuer à réclamer un meilleur contrôle des armes: «C'est un hommage concret aux 14 victimes parce que ça sauve des vies.»

Elle déplore que les lois sur le contrôle des armes aient été affaiblies au point où les armes d'assaut semi-automatiques, par exemple, sont toujours légales et disponibles au pays.

La tuerie de l'École Polytechnique a été le fait d'un seul homme, entré dans un bâtiment de l'université avec une arme semi-automatique, qui a tué par balles 14 femmes, en plus de blesser 14 autres personnes.

Plus tôt en matinée, une gerbe de roses blanches avait été déposée devant une plaque commémorative à l'institution d'enseignement, qui avait invité son personnel, les étudiants et le grand public à venir s'y recueillir tout au long de la journée.

Cérémonie à Guangzhou

En voyage en Chine, Justin Trudeau a pris part à une cérémonie commémorative en l'honneur des victimes au consulat général du Canada.

Par communiqué, le premier ministre a déclaré que la tragédie «nous a rappelé ce qui peut se produire lorsque la haine et la misogynie l'emportent».

M. Trudeau a indiqué qu'il fallait en faire davantage pour dénoncer la violence fondée sur le sexe à l'endroit des femmes et des filles, au Canada comme à l'étranger.

«Nous devons valoriser les voix des femmes et des filles. Nous devons lutter contre les injustices et les inégalités qui exposent les femmes les plus vulnérables encore plus à la violence et mettre fin à une culture qui dévalorise les femmes, que ce soit à Hollywood ou dans les couloirs du Parlement», a-t-il avancé.

 

 


Que l'Estrie se lève

avec Steve Roy

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.